Tags

Lampadaires solaires pour l’apiculture et les écoles (Burkina Faso)

ONG/Collectivité : LAAFI. Partenaire local : Coopérative Wendpuiré. Aide Fondation POWEO : 25600 €. Autres financeurs : Emotique (Espagne), Le Relais, Lumila, Ithemba.

Contexte :

Créée en 2001 par quelques amis du Burkina Faso, Laafi agit dans la région de Koudougou : parrainage d’enfants, soutien à l’artisanat local, centre culturel et soutien de la coopérative apicole Wendpuiré.

Cette coopérative, soutenue par Le Relais (groupe Emmaüs), développe la production de miel dans la région de Koudougou depuis 2003. La récolte était de 1400 kg la 1ère année. En 2011 plus de 1600 apiculteurs(trices) ont récolté plus de 80 t vendues au Burkina Faso et dans les pays voisins.

Problème technique : le miel doit être collecté la nuit car les abeilles sont agressives, mais l’éclairage avec la lampe à pétrole ou la torche est dangereux (brûlures, feux de brousse), incertain (lampes ou piles de mauvaise qualité tombent en panne au milieu de la récolte !) et conduit souvent à un miel de mauvaise qualité, avec des impuretés et donc des refus d’achat par la coopérative.

Objectif :

Equiper les groupements apicoles villageois avec des lampadaires solaires.

Résultats :

Les 6 premiers villages équipés ont fourni lors de la petite miellée d’octobre 2010 une production de miel qualitativement meilleure et quantitativement plus importante que les années antérieures (globalement, plus de 50 % du miel vendu). Au total 30 villages étaient équipés pour la grande miellée d’avril 2011.

Pour ces 30 villages, le nombre de ruches a augmenté de 3% par rapport à avril 2010, mais la production a progressé de 26% en moyenne. Cette progression est, au moins en partie, le résultat de l’éclairage de la récolte et du tri (d’autres facteurs interviennent comme le remplacement des ruches traditionnelles par des ruches modernes).

Autre avantage du lampadaire pour la récolte : il attire les abeilles qui, ainsi, ne piquent pas les combinaisons de protection des apiculteurs, conservent leur dard et ne meurent pas.

Sur le plan social, les lampadaires sont aussi utilisés pour permettre aux élèves de réviser leurs leçons hors période de récolte, ou pour des fêtes ou cérémonies privées (location aux habitants moyennant une contribution pour l’entretien). De ce fait, les groupements apicoles trouvent une légitimité plus grande aux yeux de la population et le nombre de membres augmente. Les lampadaires (panneau PV de 20 Wc, lampe à led de 9W) sont montés dans l’atelier de Wendpuiré à Koudougou par 2 employés de Wendpuiré formés à cet effet. Les groupements apicoles reversent 5% de leur chiffre d’affaires pendant 3 ans pour autofinancer l’augmentation du parc de lampadaires. 40 autres lampadaires sont en cours de montage pour la grande miellée d’avril 2012.

Ces 2 premières années de fonctionnement ont montré l’intérêt de l’éclairage pour améliorer à la fois la récolte de miel et la vie dans les villages. Des modifications sont en cours pour faciliter la manipulation des lampadaires, augmenter la durée de vie des batteries, soumises à dure épreuve compte tenu de la chaleur, et favoriser la pérennité de ces investissements.

www.laafi.com

Imedia, 27 avril 2012

Répondre à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Ajouter un document
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Mots clés : Burkina Faso, Électrification décentralisée, Solaire, Fondation Poweo

Dans la même rubrique